© Renata Siqueira Bueno
© Renata Siqueira Bueno
© Renata Siqueira Bueno
© Renata Siqueira Bueno
© Renata Siqueira Bueno

 

A quel moment l’œil atteint-il le paysage ? A quel moment le paysage touche-t-il et pénètre-t-il l’œil ? Certaines choses sont atteintes d’abord par la « mémoire infinie du temps ». Puis par les blessures ouvertes dans le plus intime du corps. Puis par les cicatrices qui semblent invisibles mais qui sont là : pleines de mots. Puis vient le cœur et touche le paysage. En dernier, l’œil éclate et se connecte à la vibration de l’instant. L’œil embrasse. L’œil n’est pas toujours le premier. L’œil n’est pas toujours. L’œil n’atteint pas les le ciel des premiers hommes qui sont venus d’Afrique jusqu’ici, le soleil sur la peau de ces mêmes hommes. A la Serra da Capivara, l’œil arrive après. Cœur, mémoire et âme sont parmi les outils qui préparent l’espace pour l’arrivée de l’œil. Et quand il arrive, l’œil retrouve un nouveau corps. Sa maison s’agrandit, le trampoline touche déjà les nuages, les abîmes sont autres. Les chemins sont aussi nouveaux. L’œil devient plus grand. L’œil lui-même s’étonne de cette nouvelle portée, il se réjouit et brille. L’éclat est la joie de l’œil. L’œil qui brille a l’âme en tout ce qu’il voit. Il s’élargit pour regarder ce que poursuit l’âme. La Serra da Capivara doit être regardée avec cet œil qui vient après. Cet œil qui crie « nous voici, moi et ce mystère !”. Renata Siqueira Bueno a ce cri, ce regard qui s’élance ver l’immense, qui contemple les géants. L’œil qui vient après veut approcher. Il veut rencontrer l’Autre. La Serra da Capivara est composée par une multitude infinie d’autres, par d’infinis tons d’autres. Renata nous communique, avec le regard qu’elle imprime en chaque image, l’immense Autre. Son poème embrasse l’invisible, l’immensité, la multitude diluée dans le Tout.

Narjara Medeiros

Parc national de la Serra da Capivara

Situé dans l'État du Piaui, au Brésil et classé Patrimoine culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1991, le Parc national de la Serra da Capivara se compose de formations rocheuses. Le parc abrite également un site archéologique (avec des peintures rupestres remontant à plus de 25 000 ans). Le parc propose des paysages spectaculaires et uniques d'aspects et de couleurs allant du blanc au rouge en passant par tous les tons de gris et d'orange. La richesse archéologique et naturelle fait de ce parc un site unique au Brésil.

# Renata Siqueira Bueno # Narjara Medeiros
Leave a reply