© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff

 

Créateur de jardins fantastiques à la fin des années 1920, Ferdinand Bac, laisse derrière lui un des lieux les plus emblématiques de la méditerranée, les Colombières à Menton. Maison musée de style 1930, elle est construite à flanc de rocher face à la mer. Cette maison fascinante, hommage à la Méditerranée est sans doute l’œuvre la plus intéressante de cet aristocrate allemand, artiste aux multiples facettes. À cinquante ans, il s’improvise architecte paysagiste et dessine des jardins pour de riches commanditaires sur la Côte d’Azur, comme la villa Croisset à Grasse, la villa Fiorentina, au Cap Ferrat. En 1919, Ferdinand Bac se voit confier par ses amis Emile et Caroline Landan-Bockairy la décoration et l’aménagement de la villa et des jardins les Colombières. 

 L’esthète magicien, amoureux de l’Italie, s’est inspiré de ses voyages en Toscane, à Séville et Grenade pour créer le jardin, de la mythologie, des dieux pour transformer la villa en palais des mirages.  Le décorateur orne les pièces de réception, salle à manger de fresques. Sur fond bleu électrique, encadré de colonnes dorées, il peint des personnages de la mythologie grecque et des vues imagées de la Méditerranée. Le mobilier moderniste, conçu sur-mesure s’insère dans cette atmosphère arabo-orientale. Les arcades vénitiennes, les portes en bois sculpté, peintes en rouge vénitien sont rehaussées de vitraux floraux de style Art déco.

Inséparable de la maison, le jardin est la pièce maîtresse du lieu. À l’origine, 7 hectares (aujourd’hui 3,5 hectares) sont séparés et reliés par des chemins. Des plantes de variété méditerranéenne, cyprès, pins parasols, lauriers, chênes verts, pins d’Alep et oliviers se déploient dans ces espaces. Les vingtaines de “fabriques” organisent des points de vue autour des obélisques, colonnades, fontaines, ponts, mausolée, sculptures antiques.  Ferdinand Bac, amoureux de l’Italie, précisément la Toscane, s’est inspiré de la Villa d’Hadrien pour créer son jardin lyrique, qui met en scène, la mer, la nature et l’architecture de style antique et mauresque.

Après la mort de Ferdinand Bac, d’héritage en héritage, le palais mystérieux tombe en ruine. Classé monument historique en 1991 par le Ministère de la Culture, en 1995, la villa les Colombières est rachetée par les époux Likierman. Avec l’aide du Ministère de la Culture et du Conseil Général des Alpes Maritimes, le couple entreprend un immense chantier de réhabilitation des lieux. La villa et les jardins ont perdu leurs fastes d’antan, les fabriques se sont effondrées, les routes romantiques sont asphaltées. Michael et Margaret Likierman appellent les paysagistes Eric Ossart et Arnaud Maurières, leur confient la restauration des lieux. Ils sont accompagnés par le jardinier Frederic Trifilio. Pendant cinq ans, ils travaillent pour redonner aux Colombières son image d’antan, respectant la volonté des nouveaux propriétaires : pas ou peu d’arrosage et choisissent des plantes répondant à ces critères. Jardin apprivoisé, totalement restructuré, les Colombières a retrouvé la magie qui était sienne.

Pamela de Monbrison et Chloé Burgaud

Les Colombières

Les Colombières 312 Route de Super Garavan 06500 Menton Les jardins et patio sont ouvert à la visite guidée Tous les mercredis à 14 heures d’Avril à Octobre et pour un maximum de 20 personnes

www.lescolombieres.com # Ossart et Maurières
Leave a reply