Extrait

« À la saison des pluies, de nombreuses compétitions de surf étaient organisées en l’honneur du dieu Lono et permettaient aux chefs de tribus de défier la mer et de prouver ainsi leur puissance et leur supériorité.

Le mot « surfer » se dit « he’e nalu » en hawaïen. Il est l’association de he’e, qui signifie « glisse », et nalu, «ce qui porte la vie» mais aussi «les vagues». He’e nalu signifie donc «glisser sur les vagues». Selon les Polynésiens, il faut être au contact des réalités qui nous entourent, les comprendre et les utiliser pour s’élever au-dessus de sa propre condition d’être humain. C’est cet héritage ancien, représentation de l’esprit de la glisse et spiritualité laïque proche de la nature, qui nous est transmis aujourd’hui à travers la culture du surf et que j’ai théorisé́ dans mon livre Surfer la vie. »

Joël de Rosnay

Joël de Rosnay

www.bourin-editeur.fr
Leave a reply