© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff
© Joëlle Caroline Mayer & Gilles Le Scanff

 

La plume incarne le côté aérien, la légèreté tandis que le jardin représente l’ancrage dans la terre. Comment réussir à concilier ces deux forces opposées ?

Situé au cœur de la campagne normande, à 20 km de Rouen, (à Auzouville-sur-Ry) ce jardin est l’œuvre de deux pépiniéristes Sylvie et Patrick Quibel. Au départ, le site était une prairie avec une ferme et des pommiers.

Le couple transforme le terrain plat en un jardin classique d’inspiration française du XVIIe siècle. Ils structurent différents espaces, aménagés en fonction des saisons : jardin de printemps, jardin d’été, jardin d’automne. C’est un jardin qui joue avec le vent.

Avec un soleil brûlant et un vent léger, le temps est idéal pour découvrir ce jardin. J’avance dans ce jardin plat et ouvert. Je m’extasie devant les îlots de prairie composés de graminées et plantes vivaces. Ce foisonnement floral est bordé par des haies de buis taillées. Le contraste entre le jardin naturel et celui travaillé est saisissant. Tout en marchant sur l’allée tondue, je m’autorise un plaisir interdit, en glissant mes doigts dans ces plantes. Quelle sensation agréable de les sentir qui ondulent avec la brise.

Puis, fatiguée, je m’accorde une pause et m’assois sur un banc pour contempler la nature environnante. Pas d’arbres, ni arbustes, plantés, la vue est dégagée. À l’arrière-plan, j’admire le bocage normand avec les champs, les pâturages, les pommiers et les maisons en colombages. Puis au second plan, des vagues vertes surgissent. Ces haies taillées entourent le jardin et le protègent du vent. En face de moi, j’admire le bassin miroir. Les rayons du soleil se reflètent sur le plan d’eau. J’entends les abeilles butiner les quelques fleurs plantées. Ici pas de roses, mais on retrouve des plantes à floraison légères, des flores mellifères, et des plantes herbacées telles que le trèfle rougeâtre, la knautie des champs, et le Petit rhinanthe. Les papillons virevoltent autour de moi. J’écoute également le mouvement du vent sur les plantes. Ce jardin me procure une joie intense. Nous sommes loin du tumulte de la ville. Je me sens en osmose avec la nature. Ce paysage m’évoque les tableaux impressionnistes. Comme les pointillistes, les jardiniers ont déposé par touches légères des plantes. Les quelques fleurs sont disposées au hasard dans les carrés de prairie, pour composer un riche désordre coloré contenu par les buis taillés. J’ai toujours ressenti un plaisir intense de liberté et de sérénité à me retrouver dans une prairie. Au jardin plume, j’ai ressenti ces mêmes sensations, émotions, riches, vivantes, structurées.

Chloé Burgaud

Le jardin plume

Jardin ouvert au public 790 Rue de la Plaine, 76116 Auzouville-sur-Ry

www.lejardinplume.com
Leave a reply