© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde
© Ann Garde

 

L’Ile de San Martin est un bijou lové au nord-est du golfe du Bengale à 9 km de la péninsule de Cox Bazar-Teknaf, au Bangladesh.

« Les premiers colons furent des marins arabes qui s’y installèrent au 18ème siècle et lui donnèrent le nom de Jazeera. »

Son nom actuel lui vient d’un certain Mr Martin, commissaire adjoint du port de Chittagong à l’époque de l’occupation anglaise, mais les noms locaux sont plus poétiques et plus justes : Narikel Jinjira, l’Ile de la noix de coco et Daruchini Dwip, l’Ile de la cannelle, qui disparaît à marée haute…

San Martin, la seule île corallienne du Bangladesh, s’étend sur trente-six kilomètres carrés non loin de la frontière birmane. Avec son eau transparente, douce et riche de fruits de mer et son idyllique plage verdie par les palmiers et dorée par le soleil. On peut y découvrir, incrustées dans le sable, de mystérieuses mandalas dessinées par des vers marins artistes.

« Au large, tels de rares nageurs étrangers désirant jouer leur Robinson, un collier d’iles minuscules nous accueille hors du temps. »

Les hommes de San Martin sont pêcheurs et l’on peut les suivre du regard, et même naviguer sur leurs barques, dont l’élégance rappelle les gondoles de Venise. Les femmes en sari cherchent des coquillages sur les rochers plats couverts d’algues en attendant leur retour des eaux profondes et leurs bateaux chargés de langoustes et de crabes. Un de ces pêcheurs rieurs nous a vendu une langouste aux pinces dangereuses de près de trois kilos. Rougie dans l’eau bouillante d’une bassine médiévale, nous l’avons dégustée en plein air sur une table en bois en savourant la mer parfaite et un ciel rose orangé et bleu indigo…

L’Ile San Martin est un souvenir éblouissant et inoubliable !

# Laure Vernière www.annegarde.com
Leave a reply